Pour nous Contacter

  |  www.institutionsevigne.net

  |  sevigne.admin@wanadoo.fr

  |  1 rue du Capitole, 11100 Narbonne

  |  04.68.32.80.90

Jeudi 14 : En route vers Conques ! La fin ou un nouveau départ ?

Revenons quelque peu sur la soirée de mercredi à Golinhac. Au menu nous avions des paninis pour lesquels Christine Taffanel avait relevé pour chacun des jeunes le « parfum » qu’ils souhaitaient, en même temps étaient servis des spaghetti à la bolognaise et pour terminer une salade de fruit.

Et quand tout a été avalé, que la vaisselle a été débarrassée la soirée a vraiment commencée. Nous avons eu droit à un karaoké chanté en chœur par tout le monde. Il est à noter que, si les filles furent performantes, certains garçons auraient un grand besoin de cours de chant. On peut se rendre sur les photo que les plus dynamiques ne sont pas forcément les plus jeunes et que de surcroit ils manipulent le balai avec une dextérité phénoménale. Après cette soirée endiablée le coucher est annoncé et se passe relativement bien.

 

 

 

 

Ce matin, au réveil, le soleil brille sur Golinhac mais le brouillard a envahi toutes les vallées et nous ne tarderons pas à le rencontrer. Cela donne des images étonnantes qui parfois nous inquiètent. Un voile nous recouvre et nous emplit de mystère. Le soleil étincelle de ses rayons et l’herbe des prairies éclate de mille feux quand la lumière transperce les gouttes de rosée. Le spectacle est majestueux.

 

 

Notre marche se poursuit toujours sur un rythme assez fou, ce groupe est, semble-t-il, constitué de dératés. Si nous les laissions faire ils ne s’arrêteraient jamais, nous aurions presque pu prévoir tout le parcours entre Le Puy et Conques, peut-être que les adultes n’auraient pas pu suivre. Voilà un petit hommage à la volonté de marcher, dans un bon esprit, de tout le groupe.

 

 

 

 

Nous faisons une pause à Espérac où l’alimentation générale est en partie dévalisée pour aller jusqu’à Sénergues, lieu prévu pour le pique nique. Quand nous arrivons Joëlle et Mado ont déjà tout installé. A la fin du repas Joëlle prend la parole et rappelle le pourquoi de notre présence à tous sur ce chemin et pour marquer un peu plus notre passage il est remis à chacun une petite coquille taillée par les mains de Marc Soffiati. En repartant de Sénergues ils sont tous fiers d’arborer à leur cou ces coquilles qui symbolisent leur parcours sur le chemin de St jacques.

 

 

A quelques kilomètres de Conques nous proposons de faire un peu moins d’un kilomètre en silence. Ce temps a été particulièrement suivi et cette marche silencieuse a permis a beaucoup de revivre notre petite semaine sur les Chemins de St Jacques. A la fin de ce parcours de réflexion nous lisions dans les yeux de beaucoup de l’émotion, de la joie intérieure et de la sérénité.

 

 

Enfin c’est l‘arrivée à Conques que nous immortalisons par une photo à l’entrée de la ville, nous entrons dans le centre qui nous héberge cette nuit où un petit goûter est servi. Ensuite un temps libre est laissé, quelques uns restent au centre pour s’amuser au billard, à la pétanque,… d’autres vont en ville faire des emplettes. A 18h30 nous nous retrouvons devant l’abbatiale avec d’autres pèlerins que nous avions rencontrés les jours précédents et des touristes venus assister à l’explication du tympan si célèbre mais aussi à l’histoire de Ste Foy jeune martyre d’Agen. Pour imager au mieux son exposé, le frère Jean-Daniel choisit Anna pour tenir le rôle de Ste Foy.

A la fin de la présentation nous remontons manger pour redescendre à l’abbatiale pour la bénédiction des pèlerins. Cette église romane, par sa décoration très simple, mais aussi par les vitraux de Soulage et un jeu de lumière très sobre laisse dégager une atmosphère très particulière. La lecture du jour est lue par Lucas et un peu plus tard le frère qui officie appelle les pèlerins pour recevoir une créanciale ou un évangile et ensuite il appelle un par un nos jeunes narbonnais et il leur remet en main propre une attestation de pèlerinage et un évangile. Après l’étonnement c’est la joie qui les baigne. Voilà le chemin se termine mais qui sait, et nous le souhaitons, certains le poursuivront un jour.

 


 

Articles plus récent Articles plus anciens