Pour nous Contacter

  |  www.institutionsevigne.net

  |  sevigne.admin@wanadoo.fr

  |  1 rue du Capitole, 11100 Narbonne

  |  04.68.32.80.90

Vendredi 19 Avril

Tout d'abord corrigeons une omission faite dans l'article d'hier, il s'agit de quelques photographies que nous plaçons en début de cet article:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revenons sur la soirée d’hier car il y a beaucoup de choses à dire à ce propos.

Vers 18h30 nous sommes particulièrement heureux de voir arriver au gîte Mme Hecquet qui nous fait l’honneur de sa visite. Nous sommes très reconnaissants à notre chef d’établissement de nous faire l’honneur de sa présence. Nous y voyons là un signe fort vis à vis de notre projet. Philippe lui fait visiter le site et nous passons à table quelques moments plus tard.

 

 

 

 

 

Il est 20h30 quand nous partons assister à la bénédiction des pèlerins dans l’abbatiale de Conques. Leur présence à cet office est symbolique et nous voulons leur montrer officiellement leur appartenance maintenant à la « confrérie » des Jacquets. Dans le chœur de l’édifice se trouvent trois des frères Prémontrés de la communauté qui entonnent les psaumes propres à l’office du jeudi. Vers la fin de l’office frère Jean-Daniel appelle tous les pèlerins qui repartent ou partent demain matin sur le Chemin, les fait se présenter par leur prénom et leur lieu d’origine et leur remet à chacun un petit évangile. Nous avons un aperçu extraordinaire de l’universalité du Chemin car les français viennent des quatre coins de la France (La Seyne /mer, banlieue parisienne, Montpellier, Arras,…) et les étrangers viennent de Suisse, de Belgique, du Japon… Alors que toutes ces personnes se tiennent debout devant le chœur, ils les bénit afin qu’ils poursuivent leur pèlerinage et qu’arrivés à Santiago ils prient pour nous tous. Ensuite il appelle, les uns après les autres, par leur prénom chacun des jeunes et les adultes accompagnateurs pour leur remettre une attestation de leur parcours sur les Chemins de Compostelle que nous avions préparé. Le moment est fort et chacun quitte sa place, s’avance dans l’allée centrale de l’abbatiale et reçoit des mains du religieux ce petit diplôme. Il nous semble entendre dans les poitrines de nos jeunes des battements sourds et puissants nous faisant penser à un troupeau d’éléphants dans la savane, il se pourrait même que certains frisent la tachycardie. En chantant le chant des pèlerins et son cri de joie « ULTREÏA » nous nous dirigeons vers la statue de la Vierge pour un dernier chant.

 

Tout le monde quitte l’abbatiale et frère Jean-Daniel commence à nous faire une explication du tympan. Si vous avez déjà assisté à la description du tympan de Conques par frère Jean-Daniel vous n’avez pas oublié ce grand moment, si vous ne connaissez pas je vous invite à pouvoir y assister vous ne le regretterez pas. Avec une érudition hors norme qui n’a d’égal que son sens de l’humour Jean-Daniel nous explique les moindres détails réalisés par les artistes qui ont sculpté l’ensemble des personnages tant dans l’enfer que dans le paradis. Ces sculptures étaient, pour les gens du moyen-âge, le meilleur moyen pédagogique pour comprendre la vie religieuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà qu’il commence à nous expliquer la vie de cette jeune fille d’Agen qui renonça d’adorer les idoles romaines et qui fut condamner par ses bourreaux entre autre à être brûler sur un bucher et au moment d’y monter une pluie abondante s’abattait sur la ville épargnant ainsi Foy, et joignant le geste à la parole Jean-Daniel choisit dans la foule une jeune fille pour jouer le rôle de Foy, et cela échoit à Lucia qui répondait à ses bourreaux romains. Dans un autre registre que précédemment mais ce fut un autre grand moment. A la fin de l’explication une partie d’entre nous est retourné dans l’abbatiale pour assister à un mini récital d’orgue tenu par frère Jean-Daniel, toujours lui, les autres restant sur le parvis. Quand cela fut terminé nous sommes tous remontés au gîte afin de nous coucher car demain matin il n’y aura pas de grâce matinée même si nous n’aurons plus à marcher.

 

Ce matin quand nous activons le réveil, le ciel est gris et très vite il verse sur la ville de Conques de grandes quantités d’eau, nous sommes noyés par ces larmes célestes qui saluent à leur manière la fin de notre parcours. Après un dernier petit déjeuner, nous prenons nos affaires et nous nous dirigeons vers le parking où le bus doit nous prendre en charge, et la pluie qui continue de tomber. Enfin nous voyons arriver le bus qui va nous ramener dans notre bonne ville de Narbonne. Les soutes se chargent des sacs et nous montons dans le car. Toujours sous la pluie nous prenons la route et rapidement le calme règne dans le bus, est-ce la fatigue accumulée qui fait tomber une chape de plomb sur nos petites têtes blondes, est-ce la tristesse de se quitter qui étouffe nos jeunes pèlerins, ce devrait être un mélange des deux. Nous passons sur le viaduc de Millau comme nous l’avions fait, dans l’autre sens, il y a une semaine. Il est 12h50 quand nous arrivons à la gare routière. Les parents sont là, les retrouvailles sont joyeuses tant du côté des parents que celui des enfants.

Notre séjour est fini, notre projet tourne une page colossale, les moments partagés pendant cette semaine sont très forts et nous pensons qu’ils resteront gravés dans la mémoire des jeunes qui ont parcouru avec leurs pieds 144 km mais qui ont parcouru dans leur cœur et dans leur tête bien plus. Les voitures parentales quittent le parking et emmènent les élèves vers la destination de leurs vacances.

 

Voilà, c’est fini, nous espérons que ces quelques lignes écrites à chaque étape vous ont fait partagé notre pèlerinage sur la voie Podiensis. Nous espérons que vous avez eu plaisir à les lire, ce fut en tout cas un très grand bonheur pour moi de les graver sur les planchettes numériques. Je dois vous dire un grand merci d’avoir fait preuve de gentillesse et de patience pour supporter mes propos.

A titre très personnel je dois revenir une fois encore sur la surprise que le groupe m’a réservé, ces quelques lignes écrites par les filles de la classe m’ont particulièrement touché, je m’en remets difficilement.

Vous pourrez vous connecter pendant le mois de Mai car nous aurons l’occasion de produire encore quelques articles avec les jeunes.


 

Articles plus récent Articles plus anciens